Dans les siècles passés, nombreux étaient les chemins de terre où justement "cheminaient" nos ancêtres pour se rendre à leurs travaux champêtres ou plus simplement, rejoindre leur domicile. Ces chemins étaient en quelque sorte le lien qui leur permettait d'avoir une vie sociale beaucoup plus intense que l'on pourrait le croire de nos jours.

Ces chemins étaient empruntés par les villageois du lieu ou des alentours, mais aussi par les commerçants ambulants, les voyageurs à pied ou à cheval,  les pélerins, sans oublier la soldatesque (intense dans notre région lors des guerres de religion notamment).

 

Le carrefour de ces chemins s'appelaient "carrois" ou "carroirs" et très souvent, une croix (ou calvaire) était érigée à cet emplacement.

 

Dans Garchy et ses hameaux, on dénombre sept croix actuellement. Elles symbolisent la crucifixion de Jésus-Christ. Elles ont toutes la particularité d'être orientées du côté du soleil levant.

Selon certains de nos "aînés", les croix de pierre sont très anciennes " et ils affirment "qu'avant celles-ci, il en existait probablement une autre au même endroit"  et que la présence d'un courant d'eau souterrain n'était pas à exclure.

Peut-être ont-elles été érigées suite à un évènement ou un fléau important (incendies, épidémies, guerres etc..) qui, tout en stimulant la foi de nos ancêtres , aurait conduit ceux-ci à construire leur symbole religieux à la croisée des chemins..

        Croix de VESVRES

   Cette croix est située à la croisée de la rue Noire et de la rue du Vieux Vesvres.

On peut lire sur son socle de pierre :

"Cette croix a été fondée par Guillaume Reimbault ce jourd'hui le 5 mai 1676"

Elle était érigée sur la propiété du fondateur.

Penser que ce socle a vu passer approximativement 11 générations de gens du Pays, celà peut inciter certains d'entre nous à la rêverie...(un film rétrospectif peut se dérouler devant les yeux de l'actuel promeneur curieux de savoir quels étaient les divers métiers exercés à l'époque, le costume habituel, les distractions, les préocupations de tous ces laborieux, depuis 338ans en cette année 2014!!)

Personnellement j'ai toujours entendu l'appellation de "croix Rimbault " ou bien de "croix Robillot".

La croix fut restaurée en 1943 par l'abbé Alfred Fourré (inhumé sur la commune de Varennes-les-Narcy)

Les bras de la croix étaient en béton avec une décoration en fer forgé insérée sur le devant. Les intempéries ayant oeuvré,le printemps 2014 vit arriver une nouvelle croix en bois de chêne sur laquelle a été conservé le décor de fer forgé. Elle est érigée sur le socle de pierre vieux de 338 ans à ce jour. Combien de générations d'enfants du Pays ce socle verra-t-il encore passer??

 

A l'arrière du socle est gravé un sigle certainement d'origine religieuse dont je ne connais pas la signification.(reproduction ci-dessous)

Cette nouvelle croix 2014, a été réalisée par l'entreprise garchysoise B2M de Benjamin Michot.

La croix de la route du cimetière  implantée en bordure d'un terrain privé, est celle de l'ancien cimetière alors situé autour de l'église et sur l'actuelle place du village. La translation de l'ancien cimetière vers le nouveau a  eu lieu en 1871 (nous relaterons ces faits un peu plus loin..)

"Le jour de Saint Marc le 29 avril 1872, la croix de l'ancien cimetière, restaurée et transportée sur la croisée des chemins de Vesvres au Puisac et Maizières, a été bénie solennellement....assistait l'abbé Auguste Roche, originaire du Puisac et élévé au Grand Séminaire de Bourges" (extraits d'archives)

il y a quelques années, un livreur l'a renversée par mégarde; elle fut remise en état, et de ce fait, seul le socle est d'origine.

Les anciens habitants la désignait sous le nom de "la croix" tout simplement.

        Croix de MALVAUX

     Son gros socle en pierre du pays dite "pierre de malvaux" est emblématique de l'ancienne activité spécifique du hameau. Cette activité d'extraction de pierre locale remonte à plusieurs siècles: que d'ouvriers nommés en patois "carreilleux ou carrilleux" ont "imprimés" leurs silhouettes en passant devant ce monument, pour se rendre à leur labeur!

Cette croix fut "élévée au hameau de Malvot par les soins de Charles Carroué, carrier au même lieu et membre du conseil municipal .Elle fut bénie solennellement le dimanche 12 novembre 1853 par le curé du lieu" (nommé Aguilhon)

Seul le socle porte donc la date de 1853.

Cette croix est située à l'angle de la rue aux ânes,  de la rue des carrières et de la rue  des Grands buissons.

De nos jours, dans notre région, les personnes  possèdent un âne pour leur plaisir; au temps des "carilleux" l'animal était un outil de travail. Tout comme son maître, il était là pour effectuer un dur labeur...Pouvons-nous imaginer aujourd'hui le défilé à la queue leu leu de toutes ces bêtes bâtées lourdement chargées...

La croix de 1853 fut cassée par la chute d'une grosse branche de marronnier planté à proximité.

Elle fut remplacée par l'entreprise Sauvanet (propriétaire de la carrière du lieu)  et bénie le samedi 29 mai 2010  par l'abbé Hilary Gregory curé de La  paroisse de Garchy,  accompagné du maire Denis Houchot  et de nombreux habitants de la commune. 

Père Hilary Grégory  et Denis Houchot maire de Garchy lors de la bénédiction de la croix
Père Hilary Grégory et Denis Houchot maire de Garchy lors de la bénédiction de la croix

       Croix de MAIZIERES

Une grosse croix avec socle de pierre est érigée sur la place du Carroy. On ne voit pas de date gravée mais elle est sans doute ancienne et témoin de biens d'événements qui se sont déroulés dans le hameau.

A ce jour je n'ai pas trouvé plus de renseignements concernant cette croix.

         Croix de GARCHY

La croix "Manant" est située à la vallée Channy en bordure de la départementale No 1, face à la maison de monsieur Camille Desreaux, à l'entrée d'un petit chemin de terre appelé "chemin du paradis".

On peut être enclin à imaginer que cette croix" Manant"  conduisait l'espérance du pauvre hère sur le chemin du bonheur...

Devenue vétuste, elle a été rénovée et inaugurée au cours d'une imposante procession en 1937.

Avec l'usure de langage, les gens du village l'appellent croix "Manon".

 La croix  dénommée actuellement par les habitants, "croix du Champ de foire", a pour véritable dénomination "croix du Jubilé" et est datée de 1870.

Elle fut déplacée lors de la construction de la salle polyvalente en 1989 et installée plus en amont de la rivière l'Asvin.

A son emplacement primitif, existe une source qui s'écoule en période de grandes eaux, quand le "petit puits" arrive au bois de la Garenne.(Ce qui fut le cas en cet hiver très pluvieux 2014)

Cette croix est mentionnée dans le registre paroissial; "elle fut bénie solennellement le dimanche de Pâques après Vespres par le Père Hamelin de l'abbaye de Pontigny près Auxerre. Elle est en pierre de Narcy, et a été élevée aux frais des habitants, principalement du bourg, par souscription; elle a couté 118 francs.Elle a été faite par les ouvriers du pays.

L' autorité locale a fait placer cette croix sur un des points de la place du Champ de foire".

         1869

      "Le quatre mai, mardi des Rogations*, a été bénie la croix en pierre de Malvot , érigée à l'entrée du bourg sur la route de Pouilly" (actuellement à la croisée des rues Ernest Durand et du champ de foire) "On lui a donné le nom de croix de Saint Martin pour la distinguer des autres, elle est placée à l'angle d'un champ appartenant au sieur Jacques Jeannot Mercier."

 

A ma connaissance, depuis plus de soixante ans, les habitants du pays n'ont jamais désigné cette croix sous le vocable de Saint Martin, mais par la "croix des Chailloux"(nom des terrains pentus situés à la sortie du bourg en direction de pouilly,  terrains plantés en majorité de vignes au 19e et début du 20e siècle)

Sur le socle en pierre de Malvaux on peut toujours lire "1869".

Devenue vétuste par le temps, la croix fut refaite en bois de chêne au début de mars 2014 par l'entreprise garchysoise B2M de Benjamin Michot.

Dans les années 1950-1960, elle était toujours le lieu de cérémonies champêtres. 

        Cérémonie champêtre de 1955 célébrée par l'abbé Alexandre Rancoeur et les enfants du pays.(Fête-Dieu)

 

QUE SONT DEVENUES CES DEUX CROIX?

        Croix du PUISAC

 

" Le 7mai 1861, à l'occasion des Rogations* une croix a été bénie au village du Puisac, c'est la première croix qui a été plantée dans ce lieu depuis la révolution de 93."

(archives paroissiales)

 

Cette croix n'existe plus à notre époque, et malgré une petite enquête menée auprès des anciens du village, je n'ai pas pu situer son  lieu d'implantation.

*(Les jours des Rogations, suivant le calendrier liturgique catholique, sont les  trois jours précédant l'Ascension. Les prêtres bénissaient les cultures à venir. Des processions étaient organisées dans les chemins parcourant les champs. Les croix de station au bord des chemins de campagne en rappellent le souvenir.)

        Croix de MONTCLAVIN


" Le jeudi de la fête Dieu  26 mai 1853, ....Mr Bion prêtre,  bénit solennellement une croix érigée à Montclavin par la famille Mullon propriétaire au-dit lieu..."

 

J'ai interrogé une personne née et ayant passé sa jeunesse à Montclavin dans le premier quart des années 1900. Elle me dit n'avoir jamais vu de croix à la ferme.

 

Sources:

   ***registre paroissial

   ***archives de monsieur Clément Morlat

   ***recherches personnelles (M Collin-Pincin)

Que l'on soit croyant ou non, la présence de ces croix, fait toujours partie du paysage rural quotidien et nous devons contribuer à leur restauration comme l'on fait nos aieux.

Météo Garchy avec My-Meteo.fr